Votre partenaire pourL'optimisation de vos performances

Evolution du FSSC 22000 vers la version 5.1

Evolution du FSSC 22000 vers la version 5.1

23/11/2020

FSSC 22000 v5.1

Publication le 3 novembre dernier de la nouvelle version du schémat de certification FSSC 22000 v5.1

 

Suite à la publication des dernières exigences de Benchmarking par le GFSI, les exigences du FSSC 22000 ont évolué :

 

  • Publication d’une grille de lecture de l’ISO22000v2018 au regard de la Food Safety Culture
  • Réduction du délai de traitement des NC mineures de 3 mois à 28 jours
  • Modification des exigences additionnelles
  • Complément des exigences concernant les achats de services et de matériel
  • Ajout de nouvelles exigences (Stockage, Prévention des contaminations croisées, Vérification des PRP, Développement de produits, Statut de santé (Feed), Gestion des multi-sites (NA))

 

Cette nouvelle version sera applicable à partir du 1er avril 2021.

Quelles sont les catégories définies par La FSSC 22000 ?

catégories définies par La FSSC 22000

Quels sont les changements apportés par la version 5.1 en fonction des catégories ?

Sommaire :

Catégorie A (Elevage d'animaux) 

Catégorie C (Fabrication de produits alimentaires)

Catégorie D (Production d'aliments pour animaux)

Catégorie E (Restauration)

Catégorie F (Commerce de gros et détail)

Catégorie G (Transport et stockage)

Catégorie I (Production d'emballage alimentaires et de matériaux d'emballage)

Catégorie K (Production de produit biochimiques)

 

 

Catégorie A (Elevage d'animaux)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (interne et externe) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stock (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doivent permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • Dans le cas où l'emballage est utilisé pour transmettre ou procurer un effet fonctionnel sur l'aliment (ex: prolongation de la durée de vie) l’organisme doit déterminer les exigences spécifiques de celui-ci.
  • Les organismes ayant une certification multisites doivent respecter ces exigences :
  • Les fonctions centralisées doivent fournir des ressources suffisantes. Les rôles, les responsabilités et les exigences doivent être clairement définis pour le management, les auditeurs internes, et toutes les personnes clefs impliquées dans le SMSDA*.
  • Les audits internes doivent respecter ces points :

Un programme d'audit doit être en place couvrant le système de management, les fonctions centralisées et l'ensemble des sites. Chacun de ces éléments doit être audité au minimum une fois par an.
La compétence des auditeurs internes doit être démontrée via l’expérience professionnelle, l’éducation et une formation adéquate (voir point 2.5.15.2).
Les rapports comprenant les non-conformités observées sont communiqués et revus par les fonctions centrales. Les examinateurs des revues doivent être impartiaux, avoir la capacité d'interpréter et appliquer les documents normatifs de la FSSC et avoir la connaissance de l'organisme et du système.
Les performances des auditeurs internes et examinateurs devront être contrôlées annuellement. Toute action nécessaire identifiée devra être menée dans un temps et de façon appropriée par les fonctions centrales.

 

 * SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires

 

Catégorie C (Fabrication de produits alimentaires)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (internes et externes) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • Pour l’achat des matières premières animales, poissons et fruits de mer, la politique achat doit aborder le contrôle des substances interdites.
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stocks (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • L’entreprise doit avoir une procédure documentée pour les achats en situation d'urgence pour s'assurer que les produits sont conformes aux attentes et que le nouveau fournisseur est évalué.
  • Une revue de process "spécification produit" doit exister afin de s’assurer que la conformité de la sécurité des aliments, que la légalité et que les attentes clients sont respectées.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doivent permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • L’entreprise doit mettre en place des exigences spécifiques définissant un couple temps température pour les étapes de congélation ou surgélation après abattage.
  • Concernant la vérification des PRP, les inspections doivent être périodiques et doivent permettre de contrôler si le site, l'environnement de production et les équipements sont adaptés à la sécurité des aliments. La fréquence et le contenu du contrôle doit être réalisé en fonction d'une étude de risque.
  • Il est demandé qu’une procédure conception et développement produit soit mise en place par les entreprises. Elle doit assurer la sécurité des aliments et la prise en compte des aspects règlementaires. La procédure doit comprendre une évaluation des impacts sur le SMSDA*, l'impact sur les diagrammes de production, le besoin en ressource et en formation, les besoins en équipements et en maintenance, des tests de production et de durée de vie.
  • Pour les entreprises qui transforment des produits périssables d’origine animale :
    • Dans le cas où l'emballage est utilisé pour transmettre ou procurer un effet fonctionnel sur l'aliment (ex: prolongation de la durée de vie) l’organisme doit déterminer les exigences spécifiques de celui-ci.
    • L’entreprise doit avoir des exigences spécifiques sur les inspections ante et post mortem pour s'assurer que l'animal est apte à la consommation humaine.
     
 * SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires
 Retour en haut
Catégorie D (Production d'aliments pour animaux)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (interne et externe) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stock (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • L’entreprise doit avoir une procédure documentée pour les achats en situation d'urgence pour s'assurer que les produits sont conformes aux attentes et que le nouveau fournisseur est évalué.
  • Une revue de process "spécification produit" doit exister afin de s’assurer que la conformité de la sécurité des aliments, que la légalité et que les attentes clients sont respectées.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doit permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • Concernant la vérification des PRP, les inspections doivent être périodiques et doivent permettre de contrôler si le site, l'environnement de production et les équipements sont adaptés à la sécurité des aliments. La fréquence et le contenu du contrôle doit être réalisé en fonction d'une étude de risque.
  • Il est demandé qu’une procédure conception et développement produit soit mise en place par les entreprises. Elle doit assurer la sécurité des aliments et la prise en compte des aspects règlementaires. La procédure doit comprendre une évaluation des impacts sur le SMSDA*, l'impact sur les diagrammes de production, le besoin en ressource et en formation, les besoins en équipements et en maintenance, des tests de production et de durée de vie.
  • L’entreprise doit s’assurer que l'état de santé du personnelen contact avec les opérations de production ne produit pas d’effets défavorables sur le produit.
  • Pour les entreprises de production des aliments pour animaux de compagnie (chiens et chats uniquement) :

o Pour l’achat des matières premières animale, poisson et fruit de mer la politique achat doit aborder le contrôle des substances interdites.
o L’entreprise doit mettre en place des exigences spécifiques définissant un couple temps température pour les étapes de congélation ou surgélation après abattage.

 

* SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires

Retour en haut

Catégorie E (Restauration)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (internes et externes) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stock (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doivent permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • Il est demandé qu’une procédure conception et développement produit soit mise en place par les entreprises. Elle doit assurer la sécurité des aliments et la prise en compte des aspects règlementaires. La procédure doit comprendre une évaluation des impacts sur le SMSDA*, l'impact sur les diagrammes de production, le besoin en ressource et en formation, les besoins en équipements et en maintenance, des tests de production et de durée de vie.
  • Les organismes ayant une certification multisites doivent respecter ces exigences :
    • Les fonctions centralisées doivent fournir des ressources suffisantes. Les rôles, les responsabilités et les exigences doivent être clairement définis pour le management, les auditeurs internes, et toutes autres personnes clefs impliquées dans le SMSDA*.
    • Les audits internes doivent respecter ces points :

Un programme d'audit doit être en place couvrant le système de management, les fonctions centralisées et l'ensemble des sites. Chacun de ces éléments doit être audité au minimum une fois par an.

La compétence des auditeurs internes doit être démontrée via l’expérience professionnelle, l’éducation et une formation adéquate (voir point 2.5.15.2).

Les rapports comprenant les non-conformités observées sont communiqués et revus par les fonctions centrales. Les examinateurs des revues doivent être impartiaux, avoir la capacité d'interpréter et appliquer les documents normatifs de la FSSC et avoir la connaissance de l'organisme et du système.

Les performances des auditeurs internes et examinateurs devront être contrôlées annuellement. Toute action nécessaire identifiée devra être menée dans un temps et de façon appropriée par les fonctions centrales.

 

* SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires
 Retour en haut
Catégorie F (Commerce de gros et détail)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (internes et externes) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stocks (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doivent permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • Il est demandé qu’une procédure conception et développement produit soit mise en place par les entreprises. Elle doit assurer la sécurité des aliments et la prise en compte des aspects règlementaires. La procédure doit comprendre une évaluation des impacts sur le SMSDA*, l'impact sur les diagrammes de production, le besoin en ressource et en formation, les besoins en équipements et en maintenance, des tests de production et de durée de vie.
  • Les organismes ayant une certification multisite doivent respecter ces exigences :
  • Les fonctions centralisées doivent fournir des ressources suffisantes. Les rôles, les responsabilités et les exigences doivent être clairement définis pour le management, les auditeurs internes, et toutes autres personnes clefs impliquées dans le SMSDA*.
  • Les audits internes doivent respecter ces points :

Un programme d'audit doit être en place couvrant le système de management, les fonctions centralisées et l'ensemble des sites. Chacun de ces éléments doit être audité au minimum une fois par an.

La compétence des auditeurs internes doit être démontrée via l’expérience professionnelle, l’éducation et une formation adéquate (voir point 2.5.15.2)

Les rapports comprenant les non-conformités observées sont communiqués et revus par les fonctions centrales. Les examinateurs des revues doivent être impartiaux, avoir la capacité d'interpréter et appliquer les documents normatifs de la FSSC et avoir la connaissance de l'organisme et du système.

Les performances des auditeurs internes et examinateurs devront être contrôlées annuellement. Toute action nécessaire identifiée devra être menée dans un temps et de façon appropriée par les fonctions centrales.

 

* SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires
Retour en haut 
Catégorie G (Transport et stockage)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (internes et externes) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stocks (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • L’entreprise doit avoir une procédure documentée pour les achats en situation d'urgence pour s'assurer que les produits sont conformes aux attentes et que le nouveau fournisseur est évalué.
  • Une revue de process "spécification produit" doit exister afin de s’assurer que la conformité de la sécurité des aliments, que la légalité et que les attentes clients sont respectées.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doivent permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • Concernant la vérification des PRP, les inspections doivent être périodiques et doivent permettre de contrôler si le site, l'environnement de production et les équipements sont adaptés à la sécurité des aliments. La fréquence et le contenu du contrôle doivent être réalisés en fonction d'une étude de risque.
  • Les organismes ayant une certification multisites doivent respecter ces exigences :

Les fonctions centralisées doivent fournir des ressources suffisantes. Les rôles, les responsabilités et les exigences doivent être clairement définis pour le management, les auditeurs internes, et toute autre les personnes clefs impliquées dans le SMSDA*.

Les audits internes doivent respecter ces points :

Un programme d'audit doit être en place couvrant le système de management, les fonctions centralisées et l'ensemble des sites. Chacun de ces éléments doit être audité au minimum une fois par an.
La compétence des auditeurs internes doit être démontrée via l’expérience professionnelle, l’éducation et une formation adéquate (voir point 2.5.15.2)
Les rapports comprenant les non-conformités observées sont communiqués et revus par les fonctions centrales. Les examinateurs des revues doivent être impartiaux, avoir la capacité d'interpréter et d'appliquer les documents normatifs de la FSSC et avoir la connaissance de l'organisme et du système.
Les performances des auditeurs internes et examinateurs devront être contrôlées annuellement. Toute action nécessaire identifiée devra être menée dans un temps et de façon appropriée par les fonctions centrales.

 

* SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires

 Retour en haut

Catégorie I (Production d'emballage alimentaires et de matériaux d'emballage)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (internes et externes) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stock (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • L’entreprise doit avoir une procédure documentée pour les achats en situation d'urgence pour s'assurer que les produits sont conformes aux attentes et que le nouveau fournisseur est évalué.
  • Une revue de process "spécification produit" doit exister afin de s’assurer que la conformité de la sécurité des aliments, que la légalité et que les attentes clients sont respectées.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doivent permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • Concernant la vérification des PRP, les inspections doivent être périodiques et doivent permettre de contrôler si le site, l'environnement de production et les équipements sont adaptés à la sécurité des aliments. La fréquence et le contenu du contrôle doivent être réalisés en fonction d'une étude de risque.
  • Il est demandé qu’une procédure conception et développement produit soit mise en place par les entreprises. Elle doit assurer la sécurité des aliments et la prise en compte des aspects règlementaires. La procédure doit comprendre une évaluation des impacts sur le SMSDA*, l'impact sur les diagrammes de production, le besoin en ressource et en formation, les besoins en équipements et en maintenance, des tests de production et de durée de vie.

 

* SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires

 Retour en haut

Catégorie K (Production de produit biochimiques)

 

  • Une précision est apportée sur les laboratoires de contrôles (internes et externes) utilisés pour la validation des produits, ils doivent être compétents (voir point 2.5.1).
  • L’entreprise doit avoir une procédure documentée pour les achats en situation d'urgence pour s'assurer que les produits sont conformes aux attentes et que le nouveau fournisseur est évalué.
  • Une procédure doit exister spécifiant le système de rotation des stock (FEFO, FIFO) utilisé par l’entreprise.
  • Une revue de process "spécification produit" doit exister afin de s’assurer que la conformité de la sécurité des aliments, que la légalité et que les attentes clients sont respectées.
  • Une précision est apportée sur l'étiquetage, il doit répondre à toutes les attentes réglementaires et statutaires du pays où le produit est vendu (comprenant les allergènes et les attentes spécifiques consommateurs). Quand le produit n'est pas étiqueté toutes les informations disponibles doivent permettre une utilisation sûre de l’aliment par le consommateur.
  • Concernant la vérification des PRP, les inspections doivent être périodiques et doivent permettre de contrôler si le site, l'environnement de production et les équipements sont adaptés à la sécurité des aliments. La fréquence et le contenu du contrôle doivent être réalisés en fonction d'une étude de risque.
  • Il est demandé qu’une procédure conception et développement produit soit mise en place par les entreprises. Elle doit assurer la sécurité des aliments et la prise en compte des aspects règlementaires. La procédure doit comprendre une évaluation des impacts sur le SMSDA*, l'impact sur les diagrammes de production, le besoin en ressource et en formation, les besoins en équipements et en maintenance, des tests de production et de durée de vie.

 

* SMSDA = Système de Management de la Sécurité des Denrées Alimentaires

Retour en haut

Galata, ce sont + de 1000 clients satisfaitsParlez-nous de votre projet

Contact
Evolution du FSSC 22000 vers la version 5.1

A propos

GALATA Organisation est un cabinet conseil en management et QHSEÉ basé près de Rennes (35).